Kindle Fire et son Cloud

Par -

Plus que toute autre tablette, le Kindle Fire repose intrinsèquement dans le Cloud. Tout est conçu pour que les utilisateurs préservent livres, musiques, vidéos et autres données? stockés dans le nuage plutôt que sur la tablette elle-même.

Le Kindle Fire, dont la disponibilité en France n’est pas attendue avant la mi-2012, est un succès tel, que pour les analystes américains, la petite tablette est aujourd’hui le principal vecteur d’adoption du Cloud dans le grand public aux USA. A elle seule, elle contribue à en vulgariser les concepts et habituer les utilisateurs à ne plus avoir un contrôle physique sur les documents qu’ils manipulent.

Certes d’autres acteurs participent aujourd’hui à renforcer l’usage du Cloud dans le grand public. Mais les ChromeBooks (eux aussi entièrement basés sur le Cloud) ont une diffusion pour le moins confidentielle. Et des services comme Apple iCloud ou encore XBox Cloud Storage restent totalement optionnels et pas encore ancrés dans les habitudes des utilisateurs d’iPad/iPhone ou XBox 360. Quant aux offres Microsoft Skydrive, Dropbox ou OVH Hubic, elles restent avant tout perçues comme des solutions de sauvegarde PC.

Même si Amazon se refuse à donner le moindre chiffre de ventes, le Kindle Fire est depuis la mi-Novembre (date de sa sortie) le produit le plus vendu sur la célèbre plateforme de vente en ligne. On estime que d’ici le 31 Décembre, il se sera écoulé entre 4 et 6 millions de tablettes Amazon. A elle seule, la Kindle Fire aurait ainsi doublé les parts de marché des tablettes Android aux USA, même si l’iPad d’Apple continue de caracoler en tête des ventes.