Derb Ghellef suit le Top Ten mondial

Par -

N’importe quel marocain connait Derb Ghellef, le souk High-Tech de Casablanca. Hicham, vendeur de rêve de son état, est catégorique : « le rayon jeux a merveilleusement donné cette année ». Les gestes vifs ajustant les pochettes des nouvelles pirateries du jeu, le regard jamais franc, notre spécialiste confirme ce que ses concurrents d’à côté soutiennent : le jeu marche en période d’oisiveté. Et cette année, l’année des jeux, la demande ne s’est pas démarquée de celle des pays du nord. En clair, les accros des consoles de jeux ( playstation, xbox …)  demandent toujours les nouveautés. Que préfèrent-il alors ?

« Prenez les classements des sites Web spécialisés et vous serez en parfaite adéquation avec le comportement de la demande au Maroc », explique un autre gérant de magasin de jeux au marché mythique de Casablanca.  Il n’en demeure pas moins qu’un classement est difficilement réalisable. Pour cause, les vendeurs ne s’accordent pas sur une liste harmonisée de jeux reflétant un comportement unifié des consommateurs. Tout dépend du type du matériel. Pour la Xbox, par exemple, le troisième épisode de la saga de Gear of War (guerre des nations pour la maîtrise des ressources) a la cote au Maroc. Les accros de la PS (PlayStation) optent pour Portal 2 (jeu d’énigme et d’intelligence artificielle) ou encore pour Dead Space 2 et Assasin’s Creed, l’assassin issu d’une famille noble à l’assaut de Rome.

Globalement, les jeux de combats prennent le pas en terme de popularité sur les jeux de stratégie ou de sport. Cela n’empêche pas les fans de la ligue professionnelle du basket américain, connue sous le label NBA, d’augmenter les ventes de leur jeu préféré NBA K12. Cela est d’autant plus évident que le prix n’est pas dissuasif. Une bonne copie d’un jeu qui a la cote s’échange à 15 DH à Derb Ghallef au lieu de 800 DH pour l’originale.

 

Amicalement   Yassine