Grand Theft Auto V au premier contact

Par -

GTA V est l’un des jeux les plus ambitieux dont la septième génération de consoles ait accouché. Plus de cinq années de développement et un budget record dépassant les 200 millions de dollars ont été nécessaires à la conception de ce blockbuster en puissance.

«Pourquoi je suis venu ici? Pour le soleil, je pense. Et pour ce truc… cette magie.» Ex-braqueur repenti, Michael De Santa pensait être parvenu au sommet en s’installant dans le plus luxueux des quartiers de Los Santos. Mais c’était sans compter des enfants ingrats, une épouse malheureuse, et le terrible ennui de cette vie oisive. Traînant son spleen dans le cabinet de son psy, Michael finit par renouer avec sa vie de gangster en croisant le chemin de Franklin, loubard issu des quartiers défavorisés de Los Santos, et en retrouvant son ancien complice, Trevor.

On dirait que le monde du Gaming a bien changé. Cela fait cinq ans que GTA fait irruption sur la scène, et ce fossé entre les grandes suites GTA, le genre a évolué. GTA V prouve qu’il a tout ce qu’il faut pour non seulement rester addict à la saga GTA, mais de prendre la survie des plus aptes à un nouveau niveau. C’est le genre de jeu qui sait qui prouve qu’il provient d’une ancienne génération. GTA V est le jeu qui met une fois de plus une nouvelle référence en matière d’excellence.

GTA-V-1

 

Situé en retrait sous le soleil de Los Santos, GTA V se déroule à travers trois personnages distincts et des intrigues. Michael est votre ancien criminel de carrière qui a coupé un accord pour sauver sa peau et celle de sa famille, de vivre une vie élevé de luxe qui lui a apporté que souffrance. Sa femme a grande envie de s’éloigner de son mari, ses enfants le détestent et sa colère est à peine tenue en échec.

Franklin est votre voyou du capot, mais un homme avec son oeil de devenir plus qu’un simple voyou parmi des amis et une famille qui l’embarrassent plus qu’autre chose.

Et puis il y a Trevor. Sacré Trevor.

GTA-V 5

 

En allant plus loin, ce que Rockstar a réussi à faire est de créer trois personnages qui ont des personnalités bien distinctes. Vous pouvez voir quand vous faites quelque chose comme basculer entre les trois caractères. Michael serait en train de siroter une tasse de café, Franklin peut être promenait son chien ou Trevor faisant sa sieste en gueule de bois et se demandant à son réveil pourquoi il se trouva en jupe.

Graphiquement, GTA V pousse jeu les PS3 et xbox à leur limite. Les figures des personnages, les tiques du visage, des animations, des cadences toujours lisses et quelques effets environnementaux phénoménaux sont tous présents et en poussant la PS3 et la Xbox 360 à leurs limites.

GTA-V 7

Dire que GTA V était attendu avec impatience est un euphémisme. Cinq années se sont écoulées depuis GTA IV, fantastique plongée dans le New York contemporain, mais qui a déçu certains joueurs par son ambiance sombre et poisseuse. Rockstar a su consoler ses fans avec les très bonnes extensions The Lost and Damned et The Ballad of Gay Tony, et a savamment entretenu le buzz autour du 5e volet de sa saga à coup de vidéos promotionnelles distillées au compte-gouttes au cours des 18 derniers mois. Mais qu’en est-il manette en main?

Exit l’austère côte est américaine et bienvenue dans la très bling bling west coast. Beverly Hills, Venice Beach, Hollywood Boulevard, Downtown, rien ne manque à l’imagerie de Los Angeles, librement réinterprétée dans sa version pastichée, Los Santos. Baignés par le soleil, accompagnés d’une excellente bande-son (une quinzaine de stations de radio allant du rap au rock, en passant par la pop et la country), les premiers pas dans la tentaculaire cité où l’automobile règne en maître sont grisants. Pourtant, passé cette excitation, les premières heures de jeu laissent sur leur faim. La recette GTA est parfaitement appliquée, avec quelques nouveautés bienvenues, comme la possibilité de «zapper» librement entre les missions de Franklin et Michael. Mais rien ne surprend vraiment le joueur habitué à la série et qui retrouve toutes les ficelles habituelles du genre.

los santos

 

Malgré toutes ces réalisations et ajouts cependant, GTA V n’est pas un énorme bond en avant pour Rockstar. Au lieu de cela, c’est une évolution de leur travail précédent, le tout combiné dans une expérience de bac à sable sur une échelle massive. Mais c’est un chemin satisfaisant que la franchise a pris, un coup de pied pour la concurrence avec les autres jeux.

Amicalement.