L’Oréal imprime de la peau en 3D pour ses tests

Par -

AFIN de Répondre à ses énormes besoins en essais dermatologiques, L’Oréal a noué des partenariats avec une société capable de produire de la peau synthétique selon le procédé de l’impression 3D.

Ce n’est que depuis 2013 que l’Oréal ne conduit plus aucun test de produits cosmétiques sur des animaux, ni ne délègue cette responsabilité à des tiers. En guise d’alternative éthique, le fabricant s’est mis à produire des tissus humains à partir de fragments de peau récupérés en chirurgie est
hétique. Mais la technique est trop lente et n’est pas taillée aux besoins d’un groupe comme l’Oréal, qui va avoir recours à l’impression 3D. C’est l’objet du partenariat noué il y a quelques semaines avec la start-up américaine Organovo et repéré par Bloomberg.

Le procédé pour fabriquer de la peau humaine avec une imprimante 3D consiste, sommairement, à agréger des couches de cellules constituant un tissu biologique selon un ordre prédéfini. Organovo, créé en 2007 et employant une trentaine de salariés, est aussi capable de produire des tissus de foie, poumon, vaisseaux sanguins, os… Un éventail qui a déjà séduit le laboratoire pharmaceutique Pfizer dans le cadre de ses tests.

Source