Le gouvernement français décide n’interdit pas Huawei, mais recommande de l’éviter

Par -

Les États-Unis ont interdit à leurs entreprises d’utiliser des équipements Huawei, mais ils ont du mal à faire de même avec leurs alliés. Après le Royaume-Uni qui a autorisé ces «entreprises à haut risque» à fournir des équipements, la France a déclaré qu’elle n’interdirait pas totalement les fabricants chinois de télécommunications.

Guillaume Poupard, directeur de l’agence de cybersécurité française ANSSI, a révélé au journal local Les Echos qu’ils incitent les opérateurs qui n’utilisent pas actuellement Huawei à continuer à l’éviter, tandis que ceux qui sont déjà avec le géant chinois recevront des autorisations temporaires.

Reuters a indiqué que la moitié des équipements de Bouygues Telecom et SFR sont construits par Huawei, tandis qu’Orange, contrôlée par l’État, travaille déjà avec les concurrents Nokia et Ericsson.

Reuters a également déclaré qu’il ne s’agissait pas de dénigrer Huawei ou de racisme anti-chinois:

All we’re saying is the risk is not the same with European suppliers as with non-Europeans.

Il paraît que la France s’efforcera de garder Huawei hors de son réseau mobile central qui traite des informations sensibles telles que les données personnelles des clients. Poupard a révélé que les entreprises avaient déjà envoyé des demandes de collaboration avec la société chinoise, et que ceux qui ont reçu une confirmation seraient autorisés à opérer dans les trois à huit prochaines années.